Physiothérapie pédiatrique

Dodo sur le dos : est-ce nécessaire?

Dodo sur le dos
Merci de partager!
  • 8
    Partages

La consigne de coucher les nouveaux-nés sur le dos est largement diffusée via différentes campagnes publiques depuis 1999 au Canada (et depuis 1994 aux États-Unis). Facile à appliquer si notre bébé tolère bien cette position. Mais s’il pleure ou devient agité dès qu’on le dépose sur le dos, doit-on suivre mordicus cette recommandation?

Dodo sur le dos : pour qui?

La recommandation s’applique à tous les nouveaux-nés, exception faite de ceux qui sont hospitalisés à l’unité néonatale (et donc étroitement surveillés) et ceux dont les parents auraient reçu un avis contraire de la part d’un médecin.

Cela vaut jusqu’à ce que le bébé ait acquis la capacité de changer volontairement de position, soit vers 5 ou 6 mois, en général.

Pourquoi?

L’objectif est de réduire le nombre de décès attribuables au syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). Si la cause exacte de ce syndrome n’est pas encore connue (des études récentes signalent que certains bébés y seraient plus susceptibles en raison d’une anomalie d’une partie de leur cerveau: le tronc cérébral (référence : University of Adelaide)), les études épidémiologiques ont révélé que les enfants dormant sur le ventre ou le côté présentaient un plus grand risque d’en être affectés.

Aussi, depuis qu’on recommande le sommeil sur le dos, les statistiques ont démontré une diminution significative des cas de SMSN de l’ordre de plus de 50%, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Vous comprendrez donc l’insistance des médecins et des professionnels de la santé quant à l’application de cette consigne.

Quelques détails sur le SMSN

Ce syndrome touche essentiellement les enfants de moins d’un an avec un pic d’incidence entre l’âge de 2 et 4 mois. Les médecins le diagnostiquent lorsque aucune autre cause ne peut expliquer le décès d’un nourrisson. 

En plus de la position de sommeil, d’autres facteurs de risque ont été proposés, dont la fumée secondaire (pendant la grossesse et après la naissance), la prématurité, la chaleur excessive et le sexe masculin (plus de garçons que de filles en sont victimes).

Au contraire, l’allaitement serait un facteur protecteur, tout comme l’utilisation d’une suce lors des périodes de repos. 

Il se vend depuis quelques années des tapis qu’on place sous l’enfant qui dort afin de capter ses mouvements respiratoires et s’assurer qu’il respire bien. Sachez toutefois qu’ils seraient peu efficaces et causeraient surtout beaucoup d’inquiétude aux parents.

Sur le dos: mode d’emploi

On conseille de coucher le bébé dans sa bassinnette, laquelle devrait idéalement être installée dans la chambre de ses parents pendant les six premiers mois. Le matelas doit être ferme et recouvert seulement d’un drap contour bien ajusté. Aucune autre pièce de literie, ni aucun matériel de positionnement ou jouet ne devrait être laissé dans le lit.

Trucs de maman

Si votre bébé semble détester être couché sur le dos, voici quelques pistes à tenter :

  • l’emmaillotage n’est pas recommandé, mais les dormeuses/sacs de nuit sont acceptables et peuvent créer une certaine barrière physique rassurante, notamment pour les enfants prématurés;
  • essayez de suspendre un mobile avec des éléments contrastés au-dessus de la bassinnette du bébé (assurez-vous que le mobile est très bien fixé);
  • attendez au moins 30 minutes après un boire pour coucher votre bébé si vous pensez que son inconfort est en lien avec des reflux gastro-oesophagien;
  • certains landaus permettent un mouvement de bercement qui peut calmer le bébé;
  • si vous pouvez rester près de votre bébé, couchez-le d’abord dans sa position préférée et attendez que votre bébé soit en période de sommeil profond pour le tourner sur le dos (environ 20 minutes après le coucher, lorsque la respiration du bébé est calme et régulière et qu’il est immobile);
  • pour de courtes périodes, le portage (utilisation d’un porte-bébé) peut vous permettre de demeurer active pendant que votre enfant dort (le nez du bébé doit être bien dégagé et vous, bien réveillée!)

Pas que des effets positifs! / La plagiocéphalie

La conséquence redoutée du positionnement sur le dos est la plagiocéphalie, soit une déformation de la tête du bébé par une pression prolongée et répétée sur la même zone du crâne. Cette affection, dont les conséquences sont surtout esthétiques, est habituellement réversible. Vous gagnerez tout de même à la prévenir en portant attention à ce que le bébé n’ait pas la tête toujours tournée du même côté.

Et pour le développement moteur? Le sommeil sur le dos n’aurait pas d’impact négatif (référence : University of Alberta). On recommande toutefois vivement de placer les bébés sur le ventre durant leur période d’éveil pour stimuler leur motricité.

Quelques ressources et lectures supplémentaires 

Sommeil sécuritaire pour votre bébé, Agence de la santé publique du Canada : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/enfance-adolescence/etapes-enfance/petite-enfance-naissance-deux-ans/sommeil-securitaire/sommeil-securitaire-votre-bebe-brochure.html

Reducing Sudden Infant Death with « Back to Sleep », American Association of Pediatrics : https://www.aap.org/en-us/advocacy-and-policy/aap-health-initiatives/7-great-achievements/Pages/Reducing-Sudden-Infant-Death-with-Back-to-.aspx

Safe to Sleep, US Department of Health and Human Services : https://safetosleep.nichd.nih.gov/

  • 8
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *